LETTRE D’ÉQUITÉ PROCÉDURALE

Si vous vous trouvez dans une situation  où IRCC vous envoie une lettre d’équité procédurale (LFP), il est extrêmement important de soumettre une réponse détaillée avec des arguments factuels solides . La plupart des individus n’apprécient pas la gravité de la situation ; ils décident de répondre seuls, généralement avec une réponse très faible qui conduit à un refus. C’est la seule fois où IRCC offre la possibilité de répondre avant que la demande ne soit refusée. Il est fortement recommandé de retenir l’aide d’un professionnel pour soumettre une réponse appropriée, car il n’y aura pas d’autre opportunité fournie plus tard. Parfois, une demande refusée entraînera également de graves conséquences telles que devenir interdit de territoire au Canada avec unInterdiction de 5 ans pour fausse déclaration .

Si vous avez reçu une lettre d’équité procédurale, il est recommandé de retenir les services d’un professionnel pour préparer une réponse solide et suffisante. 

Une lettre d’équité procédurale est généralement émise pour les raisons suivantes :

  • L’authenticite de la relation

  • Inadmissibilité médicale

  • Fausse déclaration

  • Interdiction de territoire pour motif criminel

  • Entrée express : CNP erroné, lettre d’emploi, preuves insuffisantes

  • Raisons de sécurité​

Authenticité de la relation :  paragraphe 12(1) et paragraphe 4(1)

Lorsque les individus soumettent leur propre demande de parrainage de conjoint, ils reçoivent souvent des  lettres d’équité procédurale remettant en question l’authenticite de la relation  ou IRCC n’est pas convaincu que les exigences sont remplies pour le parrainage. Les exemples incluent : Ne pas vivre ensemble au Canada pour le parrainage intérieur, le mariage n’est pas légalement reconnu, pas assez de preuves pour établir une union de fait, les enfants à charge ne sont pas reconnus comme tels. Dans toutes ces situations, IRCC n’est pas suffisamment satisfait pour approuver la demande pour certaines des raisons suivantes :

Informations incohérentes sur les formulaires requis et les pièces justificatives

Pièces justificatives insuffisantes pour servir de preuve

Les demandes antérieures soumises par le promoteur ou le demandeur à IRCC contiennent des informations incohérentes par rapport à celles de la demande du conjoint  .

Souvent, un conjoint fait une demande de RP par lui-même auparavant et ne déclare pas qu’il est marié .  Ou un VRT / Permis d’études / Permis de travail soumis précédemment ne déclare pas de conjoint, alors qu’ils étaient en fait mariés

Le mariage actuel n’est pas reconnu, car le divorce du mariage précédent n’a pas été finalisé avant le nouveau mariage. Le conjoint ne serait donc pas considéré comme faisant partie de la catégorie du regroupement familial, et donc non admissible au parrainage, à moins qu’il ne vive ensemble depuis 1 an de façon continue et qu’il puisse être considéré comme conjoint de fait.

Interdiction de territoire pour raisons médicales :   paragraphe 38(1)

Les personnes ayant un problème médical peuvent être déclarées interdites de territoire au Canada pour des raisons médicales si IRCC estime que la personne subira une charge excessive en frais de soins de santé ou de services sociaux de plus de 20 517 $ CA par année . Ceci est courant pour les  demandes de parrainage parental en raison de l’âge des parents âgés et parfois pour d’autres demandes de résident permanent. Une réponse appropriée doit être soumise à la lettre d’équité procédurale, ainsi qu’un avis secondaire / des diagnostics et un plan médical.  

Fausse déclaration :   paragraphe 40(1)

IRCC peut déterminer qu’une personne a fait une fausse déclaration si elle croit qu’elle n’a pas été véridique dans une demande. Cela peut se produire si une personne a délibérément (ou par erreur) fourni de fausses informations sur les formulaires ou des documents frauduleux. Parfois, le simple fait de ne pas divulguer un refus antérieur de visa aux États-Unis, en Australie ou dans un autre pays sur une demande entraînera une interdiction de territoire pour fausse déclaration et une interdiction de séjour de 5 ans au Canada. Parfois, IRCC fait une erreur de jugement lors de l’examen d’une demande. Cette question doit être clarifiée de manière suffisante pour éviter que la demande  soit refusée et bannie du Canada.

Interdiction de territoire pour criminalité :   paragraphe 36(1) et paragraphe 36(2)

Si un demandeur a déjà eu un problème criminel au Canada ou dans un autre pays, il peut être déclaré interdit de territoire pour criminalité au Canada, ce qui peut l’empêcher (ainsi qu’un autre membre de la famille dans la demande) d’obtenir le statut de résident permanent ou un  visa de résident temporaire et la demande  sera être refusé. Souvent, les individus ne réalisent pas que même un membre de la famille non accompagnant qui ne demande pas la résidence permanente (comme un conjoint), peut empêcher toute la famille (autre conjoint et enfants) d’obtenir une RP s’ils ont un problème médical ou criminel .

Entrée express :  CNP erroné, lettre d’emploi, preuves insuffisantes

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles IRCC peut délivrer un PFL pour une demande Entrée express. La plupart des problèmes concernent le fait de ne pas fournir suffisamment de preuves d’expérience de travail (en utilisant le mauvais CNP, la lettre d’emploi n’énumérant pas les tâches). D’autres raisons peuvent inclure des raisons médicales, la criminalité, une fausse déclaration ou des problèmes avec les personnes à charge sur la demande (prouvant la relation du conjoint ou des enfants).

Raisons de sécurité / terrorisme :    paragraphe 34(1)

Les personnes qui ont servi dans le gouvernement, l’armée ou un poste proche du gouvernement doivent souvent fournir des informations supplémentaires à IRCC pour éviter qu’elles ne deviennent interdites de territoire pour des raisons de sécurité. De même, des personnes étaient membres d’une organisation dans leur jeunesse qu’IRCC considère comme ayant des liens avec le terrorisme. Il est extrêmement important de clarifier cela à IRCC avec une  soumission appropriée .

Si vous avez reçu une lettre d’équité procédurale, il est fortement recommandé de retenir l’aide professionnelle d’un cabinet d’avocats. C’est la seule possibilité de répondre, avant un refus. Une réponse détaillée avec les documents d’accompagnement doit être fournie car IRCC a un problème avec votre demande. Beaucoup trop de personnes contactent notre cabinet après qu’il soit trop tard. Soyez proactif, contactez-nous si vous recevez une lettre PFL. Nous pouvons aider.

CONSEILS LORS DE LA SOUMISSION D’UNE RÉPONSE À UNE LETTRE D’ÉQUITÉ PROCÉDURALE

Avant tout, assurez-vous d’avoir un conseiller juridique qualifié pour vous représenter. Fournissez à votre avocat une copie de tous les documents pertinents, y compris la lettre d’équité et une copie de votre dossier d’immigration. Votre avocat peut suggérer d’obtenir d’autres documents pour répondre aux préoccupations des autorités de l’immigration.

Les lettres d’équité procédurale ont généralement un format spécifique et il est important que les candidats étudient et décomposent la lettre pour comprendre tous les domaines abordés. L’IRCC peut alléguer une fausse déclaration s’il dispose de preuves suffisantes à ce stade. En tant que demandeur, vous devrez peut-être demander l’accès aux informations de votre dossier, notamment les notes électroniques et physiques de l’agent d’immigration.

De plus, prenez le temps de comprendre la portée des allégations afin de fournir les documents nécessaires pour prouver votre cas. Par exemple, si la lettre mentionne des problèmes de crédibilité concernant un emploi précédent, vous devez fournir des documents prouvant le contraire. Il existe de nombreux cas où IRCC envoie une lettre d’équité procédurale en raison de l’erreur du demandeur en excluant des informations critiques ou en raison d’une mauvaise compréhension des exigences spécifiques des autorités de l’immigration.

La préparation des informations de réponse peut prendre 30 jours ou plus et votre avocat vous indiquera s’il faut demander une prolongation du délai pour déposer une réponse. N’hésitez pas à demander une prolongation, car IRCC est généralement d’accord pour accorder une prolongation dans le cadre du processus d’équité procédurale. Répondre aux allégations le jour un ou le jour trente n’a aucune incidence sur le succès de votre demande. Lorsque vous soumettez votre réponse, les agents devront examiner la soumission et rendre leur décision finale. L’agent d’immigration peut organiser un entretien en personne s’il le juge nécessaire. L’ensemble du processus peut prendre plusieurs mois avant que vous ne receviez une décision finale. Chaque cas est unique. Même s’il n’y a pas d’exigence spécifique pour répondre à une lettre d’équité procédurale, ce n’est pas un processus régulier et l’assistance juridique est essentielle pour augmenter vos chances d’obtenir un résultat positif.

    DEMANDER UN RAPPEL