Appels de parrainage

Appels de parrainage

Le traitement approprié d’un refus d’immigration canadien pose de nombreux problèmes. Un avocat d’immigration canadien qualifié devrait être en mesure d’évaluer le refus de votre demande d’immigration et de répondre aux questions suivantes concernant votre cas :

  • Êtes-vous admissible à faire appel de la décision d’immigration négative?
  • De combien de temps disposez-vous pour déposer votre recours ? Par exemple, avez-vous 15, 30 ou 60 jours après avoir été avisé du refus ?
  • Quel tribunal canadien de l’immigration devriez-vous déposer l’appel? Est-ce la Cour fédérale du Canada ou la SAI?
  • Quelle procédure est impliquée dans le dépôt et le traitement de l’appel d’immigration? Quelles démarches faut-il entreprendre ?
  • Combien de temps cela va prendre? Quand dois-je m’attendre à un résultat ?
  • Quelles sont les chances de succès des recours ?

Si Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) a refusé la demande d’un citoyen canadien ou d’un résident permanent de parrainer l’immigration d’un membre de sa famille proche au Canada, le répondant peut interjeter appel auprès de la Section d’appel de l’ immigration (SAI) de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié. du Canada (CISR).

Cependant, un répondant ne peut pas interjeter appel si le membre de la famille est interdit de territoire au Canada pour les motifs suivants :

  • Une infraction criminelle grave punie au Canada d’une peine d’emprisonnement de deux ans ou plus
  • Implication dans le crime organisé
  • Motifs de sécurité
  • Violations des droits humains ou internationaux
  • Fausse déclaration (sauf si la personne est l’époux, le conjoint de fait ou l’enfant du répondant)

Si le motif du refus de la demande n’est pas dû à l’une des causes précitées :

  • Vous pourriez être admissible à faire appel de votre refus de demande d’immigration canadienne auprès de la Cour fédérale du Canada dans un certain délai après avoir été avisé du refus par Immigration Canada.
  • Vous pourriez être admissible à faire appel de votre refus de demande d’immigration canadienne auprès de la Section d’arbitrage de l’immigration (SAI) dans un certain délai après que votre demande a été refusée par Immigration Canada.
  • Vous pouvez être admissible à faire une demande de restauration au Centre de traitement des demandes (CPC) après avoir été informé du refus

Il est important que si votre demande d’immigration est refusée, vous agissiez très rapidement. Il existe des délais d’appel stricts qui doivent être respectés afin de garantir vos droits. Il est donc important que vous contactiez un cabinet d’avocats qualifié en immigration pour évaluer rapidement votre cas et définir vos options sans délai.

Votre parrain ne dispose que de 30 jours après le refus de faire appel auprès de la SAI. Certains appels de parrainage passent par un processus informel de règlement extrajudiciaire des différends (MARC). Dans la plupart des cas, un membre (décideur) tiendra une audience sur l’appel conformément au processus du tribunal de la CISR . Le processus d’appel fait intervenir deux parties : l’appelant et le conseil du ministre qui représente CIC. De plus, le processus est généralement public, de sorte que les médias ou les membres du public peuvent assister ou rendre compte de la procédure.

Si l’appel est accueilli et que la décision initiale est annulée, CIC reprendra le traitement de la demande de parrainage, car CIC est lié par la décision de la CISR. Cependant, il est possible pour CIC de refuser la demande pour d’autres motifs, et cela peut également faire l’objet d’un appel auprès de la SAI.

Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration ou le répondant peut demander à la Cour fédérale du Canada l’ autorisation, la permission ou le contrôle judiciaire de la décision de la CISR. La Cour fédérale du Canada rejettera la demande ou renverra l’affaire à la SAI pour une nouvelle audience.

QU’EST-CE QUE LE RÈGLEMENT ALTERNATIVE DES DIFFÉRENDS ?

La SAI peut suggérer que l’appel soit tranché par le biais d’un mode alternatif de règlement des différends (ADR). L’ADR n’est suggéré que pour les cas appropriés. Ce processus signifie que le parrain et l’avocat du ministre s’entretiendront avec un agent de règlement des différends (ARC), désigné par la SAI, pour discuter du cas. Le scrutateur aidera à clarifier les problèmes dans l’affaire et encouragera les deux parties à se mettre d’accord sur une décision. Si l’ADR réussit, une audience n’est pas nécessaire.

    DEMANDER UN RAPPEL